Gestes d'humanités : Anthropologie sauvage de nos expériences esthétiques

Gestes d'humanités : Anthropologie sauvage de nos expériences esthétiques

Yves Citton

Language: French

Pages: 364

ISBN: 2:00338673

Format: PDF / Kindle (mobi) / ePub


Nos gestes en savent et en font plus que nous. Parce qu’ils se situent à l’interface entre nous et les autres, ils font émerger – à travers nous – des processus constituants qui dépassent nos intentions et notre rationalité conscientes. Parce qu’ils sont visibles à autrui, ils insèrent leur mouvement dans une dynamique collective qui déjoue les illusions de notre souveraineté individualiste. Parce qu’ils peuvent investir cette visibilité de la force de transformation propre à la feintise, ils ouvrent des perspectives capables de repousser les limites de la réalité. 

Au carrefour d’une anthropologie « sauvage » et d’une archéologie des médias, cet essai envisage nos expériences esthétiques en termes de gestualités affectives, immersives, critiques, créatives et finalement mystiques. Il caractérise notre époque historique par une tension conflictuelle entre les programmations déshumanisantes qui la pénètrent toujours plus intimement (à grands renforts de machines informatiques et bureaucratiques) et les inflexions gestuelles qui constituent le réceptacle de nos humanités. Si nous devenons nous-mêmes en apprenant à habiter gestuellement ce qui nous occupe, alors c’est de ces gestes d’humanités que dépendent à la fois l’avenir de nos cultures et la poursuite de notre humanisation. 

Yves Citton est professeur de littérature à l’université de Grenoble, membre de l’UMR LIRE (CNRS 5611), co-directeur de la revue Multitudes et collaborateur de la Revue des Livres.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Socrate est mort et enterré. Du point de vue des pertinences et des pratiques de l’historien des idées ou de l’anthropologue en quête de personnes disséminées, Socrate est bien vivant – de même que Rousseau n’a jamais été aussi vivant qu’en 2012. Chacun de nous parle, pense et sent à partir du mycélium des pertinences qui lui sont propres. Les filaments du sens prolifèrent, se croisent et se superposent en se développant dans des directions contradictoires entre elles, du fait des tiraillements

Cette double articulation est parfaitement illustrée par l’exemple des instruments à cordes dont Diderot fait le modèle de notre statut d’êtres à la fois affectés et affectifs. Chacun de nous ressemble à un réseau de cordes/nerfs caractérisé par des degrés de tension variables. Les affections-sensations correspondent à l’action des objets extérieurs sur ce réseau qu’ils frappent comme des marteaux ou frottent comme des archets, selon leurs caractéristiques particulières. Les affects et les

de la gestualité, indépendamment des mouvements concrets accomplis par notre corps, qui s’est profondément altéré durant cette période. Le cadre d’analyse posé par André Leroi-Gourhan nous servira de fil rouge pour comprendre en quoi nos gestes actuels semblent avoir perdu en substance ce qu’ils peuvent avoir gagné en puissance. L’extériorisation de nos chaînes opératoires Dans son grand ouvrage de 1965 intitulé Le geste et la parole, le paléontologue André Leroi-Gourhan dressait une vaste

projette sur un passage cherche toujours bien entendu à s’appuyer sur certaines propriétés objectives du texte en question (d’où l’usage des citations), mais elle vaut avant tout comme un mode d’emploi : si vous faites ceci ou cela avec le texte (relever les récurrences du motif de la chute dans les Lettres neuchâteloises), alors le texte vous enchantera par sa richesse, vous conduira à nuancer vos jugements moraux, vous fera envisager l’éthique comme un problème d’équilibrisme. Enfin, une

que le rayon visuelV. » Il s’agit bien ici, comme chez Furetière, de � signifier quelque chose ». En deçà ou au-delà de l’usage de la voix et de la parole, les mouvements corporels nous permettent d’« agir sur (les sens d’) autrui ». Le geste est une variante du toucher, qui permet d’affecter autrui aussi loin que peut porter le rayon visuel – ce qui se réduisait à quelques mètres à l’époque de Rousseau, mais ce qui peut aujourd’hui porter sur des milliers de kilomètres par la grâce de la

Download sample

Download